AccueilÀ proposNous joindrePlan du siteChercher
French spoken in Québec

Le français parlé au Québec

Lire aussi le « Petit lexique québécois »


Le français est la langue officielle du Québec : la langue de l’État, du travail, de l’enseignement et des affaires. Un peu plus de 80 % des Québécois ont le français comme langue maternelle. Les Québécois sont en général très fiers de leur langue.

Le français parlé au Québec possède plusieurs particularités. Certains vont même jusqu’à dire que le français québécois est un français à part entière qui a un vocabulaire qui lui est propre. Certains étudiants étrangers non francophones et même certains étudiants dont la langue maternelle est le français, éprouvent parfois des difficultés à comprendre les Québécois. Certains trouveront l’accent québécois très particulier. Ne vous en moquez pas trop. N’oubliez pas que, pour les Québécois, c’est peut-être vous qui avez un accent!

Nous avons rassemblé ici quelques particularités propres au langage québécois ainsi qu’un lexique d'expressions québécoises courantes. Il s’agit, pour la plupart, d’éléments oraux qui ne sont pas repris à l’écrit. Il faut aussi garder à l’esprit qu’il y a également des variations de l’accent et des expressions selon la région dans laquelle vous vous trouvez.

Particularités du langage québécois

Les anglicismes

Certaines personnes décrivent le Québec comme un « îlot de francophones noyés dans un océan d’anglophones ». Il n’est donc pas étonnant de voir qu’en général, les Québécois évitent les mots calqués sur l’anglais. Par exemple, plutôt que de dire « week-end », expression très répandue dans les pays francophones, ils préfèrent dire « fin de semaine ». Ils préfèrent plutôt « magasiner » que « de faire du shopping ». Cependant, plusieurs expressions ont été calquées sur l’anglais, francisées, puis intégrées dans le vocabulaire courant des Québécois. En voici quelques-unes :

  • tomber en amour avec le Québec : tomber amoureux du Québec
  • ça fait du sens : c'est logique
  • présentement : actuellement
  • sauver de l’argent : épargner
  • sauver du temps : gagner du temps

La particule « tu »

La particule « tu » est souvent utilisée dans le langage familier comme un adverbe interrogatif qui sert à appuyer la question. Il n’a donc rien à voir avec le pronom tu. Par exemple :

  • « C’est-tu loin? » (Est-ce que c’est loin?)
  • « Ça vous tente-tu? » (Est-ce que ça vous tente?)
  • « Ça va-tu? » (Est-ce que ça va?)
  • « Tu veux-tu? » (Est-ce que tu veux?)


Les repas

Alors que dans la majorité des pays francophones on parle du petit-déjeuner, du déjeuner et du dîner, au Québec les trois repas de la journée sont, dans l’ordre : le déjeuner, le dîner et le souper. Notez également qu'au Québec les repas se prennent souvent plus tôt : on dîne vers 12 h et on soupe entre 17 h et 19 h.

Les sacres

Les sacres sont des mots empruntés à la religion catholique et leur emploi correspond à un juron. Ces mots, témoins du très fort héritage culturel religieux du Québec et de la grande influence de l’Église catholique jusqu’aux années 1960, sont utilisés pour souligner l’émotion (positive ou négative), la colère ou la stupéfaction.
Exemples : criss, câlice, ostie, tabarnac.

Pour en savoir davantage, consultez notre Petit lexique québécois.


Source
Guide de l’immigrant, réalisé par PÔLE Québec Chaudière-Appalaches