La vie à Québec: Le choc culturel

La chronique «La vie à Québec» paraît toutes les deux semaines dans l’infolettre aux étudiants étrangers. Vous y trouverez des informations utiles pour votre séjour à Québec.

Connaissez-vous le choc culturel? Aussi connu sous le nom de « mal du pays », il s’agit d’un syndrome malheureusement vécu par de nombreux voyageurs. Bien le comprendre peut vous aider à l’atténuer.

Au début, la lune de miel

La courbe émotive de l’adaptation culturelle commence généralement avant votre départ, alors que l’anticipation du voyage s’accompagne souvent d’enthousiasme et d’excitation face à l’aventure qui vous attend. Cette période d’euphorie dure généralement plusieurs jours ou semaines après l’arrivée dans le nouveau pays.

Le choc culturel

Cette étape coïncide normalement avec le début de la routine, qui correspond souvent avec le début des cours à l’université. C’est à ce moment que vous passez de la phase «vie touristique» à la phase «séjour à l’étranger». C’est une période de désillusion où les différences entre le Québec et votre pays d’origine vous sautent aux yeux. Vous idéalisez le pays que vous venez de quitter et vous posez un jugement plutôt négatif sur le Québec. Vous vous sentez désorienté par la perte de vos repères habituels et éprouvez de la difficulté à agir efficacement dans la société. Vous pouvez être affecté par un ou plusieurs des symptômes suivants: confusion, frustration, impuissance, isolement, nostalgie et mal du pays, ennui, perte d’appétit, irritabilité, stress, hostilité envers le pays d’accueil et ses habitants, fatigue et mal de tête.

La phase d’ajustement

Pour atténuer ces émotions, il est recommandé de sortir et de découvrir la culture du pays qui vous accueille. Dans votre cas, plus vous apprendrez à connaître les Québécois et leur culture, plus vous les comprendrez et les apprécierez. En effet, il arrive souvent que les difficultés rencontrées relèvent plus d’une mauvaise interprétation de codes et de normes implicites que de différences fondamentales entre le voyageur et la nouvelle société. En prenant le temps de côtoyer et de discuter avec les habitants, vous pourrez élargir votre compréhension de leur mode de vie.

Certaines personnes trouvent plus facile de se regrouper avec d’autres étudiants de la même origine ou encore avec d’autres étudiants étrangers. Cette stratégie peut fonctionner à court terme, mais elle n’est pas gage d’une véritable adaptation à votre nouveau milieu.

Trucs pour vous aider

Il existe quelques trucs pour vous aider à bien vivre cette période d’acclimatation: écrire un journal de bord, pratiquer les loisirs et les sports que vous aimez, apprendre la langue du pays, éviter l’isolement, chercher à comprendre avant de juger et, principalement, se donner le temps nécessaire pour s’adapter. Soyez donc indulgent avec vous-même et rappelez-vous que ce processus est normal. Dans quelques années, vos difficultés actuelles ne seront plus que des anecdotes que vous partagerez avec humour.